Remise de la médaille de l’ordre national du Mérite à Brigitte TESSON

Hier soir, aux Sables-d’Olonnes, j’ai eu le grand plaisir de remettre à Brigitte TESSON, la […]

Hier soir, aux Sables-d’Olonnes, j’ai eu le grand plaisir de remettre à Brigitte TESSON, la médaille de l’ordre nationale du Mérite.


> Lire l’article paru dans Ouest-France

Article TESSON OF


> Lire l’allocution que j’ai prononcé à cette occasion :


Monsieur le Député honoraire et Maire honoraire, Louis Guédon,

[Arrivera en retard] Madame la Sénatrice, Annick Billon,

 [Arrivera en retard] Monsieur le Maire, Didier Gallot,

Monsieur le Conseiller départemental, Gérard Faugeron,

Monsieur le Conseiller départemental, Stéphane Ibarra,

Madame Brigitte Tesson,

Mesdames et messieurs les élus locaux,

Mesdames et messieurs,

Nous sommes réunis aujourd’hui pour honorer collectivement un engagement – celui de Brigitte Tesson, notre récipiendaire – un engagement depuis plus de 25 ans au service de la médecine, mais également un engagement politique et associatif.

Cet ordre, vous le savez, a pour vocation de récompenser les « mérites distingués » et d’encourager les forces vives du pays. Universel, il traduit le dynamisme et la diversité de la société française en récompensant des personnalités souvent plus jeunes que pour la légion d’honneur, appartenant à tous les domaines d’activité, notamment aux nouveaux secteurs économiques, issues de cultures et d’origines sociales variées. Il a pour vocation de récompenser les énergies et les innovations au service de la collectivité, de l’esprit civique et du rayonnement de la France. Ce faisant, il joue un rôle d’émulation et ambitionne de stimuler les volontés individuelles.

Et puis je tiens à le souligner, c’est un ordre aujourd’hui paritaire. Je suis d’ailleurs heureuse de le remettre aujourd’hui à une femme.

Brigitte Tesson, c’est en 1990 que vous obtenez votre doctorat de médecine. Commence alors pour vous une brillante carrière, dans laquelle vous vous investissez avec passion. Médecin généraliste aux Sables d’Olonne de 1991 à 2005, vous vous orientez ensuite vers l’addictologie et entamez différentes formations universitaires en addictologie bien sûr, mais aussi en psychologie, éducation thérapeutique et sexologie. Enfin, en 2013, vous obtenez votre diplôme universitaire de psychiatrie générale.

Vous êtes, en Vendée, une personnalité incontournable de l’addictologie. Vous jouez ainsi un rôle central dans la prise en charge de ces pathologies, souvent associées à des détresses profondes. C’est un engagement passionnant et courageux, qui contribue à l’amélioration de la situation sanitaire mais aussi sociale du territoire.

Cette énergie au service des autres vous l’avez déployée au-delà de votre activité strictement professionnelle, pour en faire la matière et la motivation d’un engagement associatif remarquable, auprès d’associations tournées vers la lutte contre les addictions, la formation médicale, ou l’accompagnement des personnes âgées et dépendantes. Et là encore, votre action a contribué à améliorer la situation sanitaire locale, puisque vous avez été à l’origine des Assises de la Santé qui ont permis de mieux identifier les besoins des territoires et de mettre en place des actions concrètes et pragmatiques pour y répondre. Je pense ainsi au lancement d’une journée de lutte contre le cancer colorectal et à la création d’une maison de Santé aux Sables, qui ouvrira ses portes cette année. Je partage entièrement ces préoccupations, en particulier la question de l’accessibilité aux soins, pour laquelle je me suis mobilisée dans mes différents mandats locaux et qui continue d’être au cœur de mon action en tant que membre du Gouvernement. Je veux d’ailleurs rappeler que, si les défis sont immenses dans ce domaine, le Gouvernement a eu une politique volontariste en consacrant d’importants moyens pour y faire face tout au long du quinquennat, avec des résultats positifs que je veux défendre. Il n’est qu’à citer les 1000 maisons de santé pluriprofessionnelles qui couvrent désormais notre territoire pour s’en convaincre.

Mais revenons à vous. Votre engagement citoyen, vous l’avez également poursuivi en vous investissant dans la vie politique locale. D’abord comme conseillère régionale des pays de la Loire de 2010 à 2015, puis également, à partir de 2014, comme 1ère adjointe au maire des Sables, 1ère vice-présidente de la Communauté de communes (devenue communauté d’agglomération au 1er janvier) et Vice-présidente du CCAS. Vous avez d’ailleurs été très impliquée dans le passage en communauté d’agglomération en créant un groupe de travail sur l’innovation, qui a produit une feuille de route pour la nouvelle intercommunalité. C’est évidemment une démarche à laquelle je suis sensible. Je crois en effet que le passage à de nouveaux périmètres et à de nouvelles compétences ne peut se faire que par la mobilisation des élus locaux. Il faut que ceux-ci « jouent le jeu » avec détermination et s’emparent des nouveaux outils que la réforme a mis à leur disposition pour faire vivre des projets de territoires qui répondent aux besoins de nos concitoyens. De même, la mobilisation de la société civile est une priorité et je ne peux qu’encourager les démarches destinées à faire vivre la démocratie participative, ce à quoi vous vous êtes employée.

Tous ces outils doivent permettre de mettre en valeur les atouts de chaque territoire et de porter une action publique pertinente, car tenant compte des spécificités qui vous sont propres. Permettez-moi d’ailleurs de vous féliciter pour le forum des métiers de la Mer que vous avez organisé en septembre dernier, mais aussi pour votre activité au sein du conseil d’administration de l’Office du tourisme des Sables. Je sais combien votre littoral et les ressources variées qu’il procure sont importants pour vous.

Avec tout cela, vous avez également réussi à mener une vie de famille épanouie. C’est d’autant plus remarquable qu’un des freins à la féminisation de notre vie politique réside souvent dans la difficulté, redoublée pour les femmes, à concilier vie privée, vie professionnelle et vie politique. Je suis particulièrement sensible à cette question, et je m’engage au quotidien en faveur de la féminisation de notre vie politique, notamment au niveau local. Je rappelle ainsi qu’aujourd’hui, seuls 16 % des édiles sont des femmes, ce qui a évidemment des conséquences au niveau des assemblées communautaires puisque ce sont bien souvent les maires qui y siègent. C’est pourquoi je mène avec détermination un combat en faveur de la parité des exécutifs locaux.

Pour réussir cette conciliation, vous avez dû savoir vous adapter et faire des compromis sans entamer pour autant votre détermination à agir au service des autres. Je veux vous en féliciter. Je sais ainsi que votre appartement se situait au-dessus de votre cabinet médical et que vous montiez régulièrement vous occuper de vos enfants entre deux consultations, sans oublier de boire une tasse de thé, puisqu’il est apparemment de notoriété quasi publique que vous êtes une grande amatrice de thé, [ce qui nous fait un autre point commun, et non des moindres / j’espère qu’il s’agit de thé Kusmi, qui est produit en Seine-Maritime].

Je sais que votre époux et vos cinq enfants sont très fiers et émus de cette récompense qui vous est adressée aujourd’hui, et je suis quant à moi très heureuse d’être celle par qui la République vous exprime sa reconnaissance.

Madame Brigitte Tesson, au nom du Président de la République et en vertu des pouvoirs qui nous sont conférés, nous vous faisons chevalier de l’ordre national du Mérite.